En histoire…

AIR+R est une association Loi 1901 qui existe officiellement depuis la parution de ses statuts au Journal Officiel du 15/02/2003 (N° 0302020085).
Le réseau s’appuie sur la définition officielle des réseaux de santé donnée par la loi n° 02-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé :
« Art. L. 6321-1. – Les réseaux de santé ont pour objet de favoriser l’accès aux soins, la coordination, la continuité ou l’interdisciplinarité des prises en charge sanitaires, notamment de celles qui sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités sanitaires. Ils assurent une prise en charge adaptée aux besoins de la personne tant sur le plan de l’éducation à la santé, de la prévention, du diagnostic que des soins. Ils peuvent participer à des actions de santé publique. Ils procèdent à des actions d’évaluation afin de garantir la qualité de leurs services et prestations. »
« Ils sont constitués entre les professionnels de santé libéraux, les médecins du travail, des établissements de santé, des centres de santé, des institutions sociales ou médico-sociales et des organisations à vocation sanitaire ou sociale, ainsi qu’avec des représentants des usagers. »

L’idée de coordonner les soins est ancienne. La première forme de réseau connue en France concerne le dispositif de lutte contre la tuberculose mis en place lors de la première guerre mondiale. Une deuxième étape de l’histoire des réseaux se situe lors de la création de la sécurité sociale en 1946 et la mise en place d’un dispositif de prise en charge des « fléaux sociaux ». Ces réseaux se nomment « réseaux sanitaires spécialisés ». Une troisième étape se situe en 1981 avec l’apparition des réseaux de soins coordonnés (circulaire relative aux soins à domicile pour les personnes âgées) dont la finalité n’est plus uniquement le soin apporté mais aussi la rationalisation des prises en charge. La loi de janvier 1983 encourage la création des réseaux de soins de santé coordonnés. En 1991, le Ministère de la Santé par une circulaire incite la création des réseaux « ville-hôpital ». Le fonctionnement de ces réseaux est légitimé par les ordonnances d’avril 1996 sur le système de soins. Ces ordonnances prennent acte de l’insuffisance des prises en charge dans de nombreux domaines concernant la mise en place des réseaux : la dépendance, les maladies chroniques, la prévention et la nécessité d’un décloisonnement du système de santé.
L’ANAES donne en 1999 une définition complète de la notion de réseau de santé : cette notion inclut celle de réseau de soins. Un réseau de santé constitue une forme organisée d’action collective apportée par des professionnels en réponse à un besoin de santé des individus et/ou de la population, à un moment donné, sur un territoire donné. Le réseau est transversal aux institutions et aux dispositifs existants. Il est composé d’acteurs : professionnels des champs sanitaire et social, de la ville et des établissements de santé, associations d’usagers ou de quartier, institutions locales ou décentralisées. La coopération des acteurs dans un réseau est volontaire et se fonde sur la définition commune d’objectifs. L’activité d’un réseau de santé comprend non seulement la prise en charge de personnes malades ou susceptibles de l’être mais aussi des activités de prévention collective et d’éducation pour la santé.

Dans le monde de la santé où la pratique de la médecine singulière (relation médecin-patient) est enseignée depuis des millénaires, l’organisation du travail en réseau est une notion récente, complexe et difficile à mettre en place. Cependant, la transition épidémiologique, et l’état du système de santé en général imposent une évolution des pratiques. Le travail en réseau ne constitue certainement pas la seule et unique solution mais peut être à la source d’une évolution. En effet, les réseaux sont à l’origine et encouragent de manière très importante une ouverture du dialogue entre les différents professionnels de santé. Ces discussions peuvent aboutir à une réelle organisation en réseau du système et peuvent faire naître bien d’autres solutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *